Chère belle âme (j'y tiens),

T'en souviens t'il ? C'etait hier, Je te contais tantôt, tout enflammé, mes fols désirs de
restauration de la Jérusalem terrestre en cette vallée de boue (ce n'est pas ici un vain mot).

Bien. Peut-être, j'ai un peu surestimé la valeur guerrière de cette race décidément décevante.
Alors certes oui, se montrent-ils bêcheurs quant à leur victoire chanceuse face
à une colonne de légionnaires italiens moitiés mort de faim, paumés dans le désert des
Danakils. Mais lors qu'il s'agit de mettre la main à l'ouvrage, alors là plus personne !

A les voir pourtant s'entasser dans des machines peu fiables, sans même boucler leur ceinture
de sécurité, je les pensais aveugles au danger ! Méprisant la mort ! Mais non, alors non,
il s'agit en fait que de négligence, ou que sais-je, je ne sais pas moi, je ne pose plus de
questions.

Je me retrouve bien seul... Mes fiers croisés d'élite... Que je croyais déterminés à s'immoler
pour ma belle cause... Ils ne désiraient en fait que de partager avec moi des putains
camées jusqu'au yeux dans d'infâmes bouges dansants. Bonjour les maladies, merci bien !
Et sur mes deniers propres encore ! Non que je sois collet-monté, mais tout de même,
drôles de coutumes ! Comme fanatiques religieux on a fait mieux, excuse moi !
Dépravés dégueulasses ! Et ils y ont trouvé à redire au propos de ma virilité pourtant
exemplaire... J'ai mieux à faire que soigner une garde prétorienne syphilitique, merci.
Drôles de coutumes, je me répète.



Pour faire court, j'ai donc choisi un exil, humiliant pour qui fut quelque temps le maître
(virtuel) de la Pologne, et de la moitié du monde civilisé.

Me voici aujourd'hui ermite errant dans quelque grotte de montagne près des fameuses sources
d'Ambo ; charmante, pittoresque cité thermale. Tu connais mon attrait pour ces villes d'eaux :
Ah, Aix-les Bains ! Ah, Vichy, symbole de la France dans ce qu'elle eût de plus digne...!


Alors bien sûr, il y a les inconvénients. Je suis cerné de coquins qui ne connaissent ni leurs
Lettres ni aucune des audaces sémantiques du français. Leur sotte ignorance serait touchante si
elle n'était irritante. Je veux bien que pour lustrer mes souliers ils n'ont pas leur pareil.
Et ça n'est certes pas un luxe tant leurs routes ne sont que poussière et cailloux.
Mais ça n'est pas une raison pour venir m'importuner avec un babillage bien à eux !
Un véritable charabia, que je suis bien en peine de comprendre !

Tu me connais : le luxe, le stupre, les dorures jamais je ne les désirais ; pourtant il y
a des limites à l'ignorance ! A la décence ! Pour qui fut maître de la Pologne surtout !
Et même virtuellement.

Sans arrêt il me faut distribuer qui un sourire, qui une piécette. Expliquer la raison humiliante
de ma venue dans leur village. Acquiéscer à leurs sottises. Mais surtout, surtout,
éviter les dangers. Et ils sont innombrables.

Tiens :

Les chiens, et les chats, et les chèvres errent sans licol ! Et bien d'autres animaux très
sauvages encore, a accroire que l'Arche de Noé s'est échouée ici : poules, lézards, mules, chèvres, poules encore...
C'est stupéfiant !
N'ont ils donc jamais entendu parler d'épizooties meurtrière ? De la rage ? De la mouche tsé-tsé ?
D'hygiène tout simplement !

Ils n'ont pas jugé bon d'installer de passages cloutés ni même de feux tricolores ; il est donc incroyablement
périlleux de traverser la rue. Je m'y suis bien aventuré une fois mais j'ai failli être
percuté par un bouvier. Bonjour, la sécurité routière ! Bonjour, les trompes-la-mort ! Très
peu pour moi, merci bien. Je reste donc du côté gauche, où je prends mes habitudes bon an mal an.

Et ces enfants qui se promènent ici avec de longs couteaux ! Si l'envie leur prenait de
m'embrocher, comme ça, sans raison autre que leur nature leur dicterait ? Je serais mort.

Quant aux les mères de famille elles m'invitent à partager le café dans des taudis bien peu hygiéniques.
Bien sûr la crainte que j'ai de leurs enfants me force à accepter...

Et là c'est la palme ! Le pompon ! L'Everest de l'inconscience ! Ces enragés ne connaissent
pas le soluble, alors ils font griller les grains ! Comme ça, à même le salon ! Outre les probabilités
manifestes de décès par asphyxie, et les cancers dûs aux fumées, que dire des risques
d'incendies ? Leurs pauvres maisons de boue ne me semblent respecter aucune des normes de
sécurité minimales !

Penser qu'ils sont des milliers à braver
de la sorte les plus élémentaires règles de la prudence domestique me rend malade. Mais
ça ne semble pas les empêcher de dormir la nuit, eux, ça non! Même après que je leur
explique les dangers qu'ils encourrent à se conduire en irresponsable : le lendemain
ils recommencent ! Et m'invitent à nouveau, comme pour me signifier leur mépris !

Deux heures de temps, qu'il leur est nécessaire.
Pour deux pauvres tasses. Joli gâchis que voilà... Deux heures que je consacre à
repousser les avances grotesques, inélégantes, puériles de ces dames ! Que je pourrais employer
à un travail fondamental sur le déclin de la pensée occidentale post-moderne...

Et puis je le sens bien, ils ne rêvent tous qu'à me détrousser, me pensant immensément riche
(ce qui est vrai; et merci bien. Mais ça n'est pas une raison pour venir tapiner autour de moi !).
Sots va-nu-pieds !

Je te passe les ténias, amibes, intoxications alimentaires et virus mortels qui menacent
tout le jour et toute la nuit de m'emporter. Pourquoi je reste, alors ?
Car heureusement, il y a la somptueuse piscine qui jouxte ma grotte. A laquelle les indigènes
n'ont pas l'accès. Nous la partageons avec quelques autres ermites blancs.

Elle est chlorée et surveillée par des soldats.

 

DSC_0373

Ma garde pretorienne syphilitique.

 

DSC_0376

Ces cowboys portent des surplis en poil de babouin gelada. Mais que fait B.B. ? !

DSC_0388

Le meme. C'est vrai que c'est classe la criniere. Je vais essayer d'en ramener une pour mes soirees dandy a Paris.

 

DSC_0385

Un monsieur tres gentil. Il m'a offert des sucettes et des bonbons et m'a demande de venir chez lui. Je n'ai pas eu le temps c'est dommage.

 

DSC_0389

Des moutons, des chevres, des poules... Oui d'accord ici il n'y a que des brebis. Mais croyez moi sur parole.

 

DSC_0402

Une fanfarre pour mon arrivee. Un manque de respect pour l'instrument certain...

 

DSC_0405

Le chef de ces messieurs.

 

DSC_0408

Moi j'ai fait mon choix...

 

DSC_0438

Un de ces feroces enfants armes de couteaux. En fait c'est pour couper la canne a sucre mais je pouvais pas deviner.

DSC_0443

En fait ce seraient plus des indiens que des cowboys. J'aurais du les abattre.